AAC 15 mars « L’Afrique dans la musique cubaine : perspectives et défis au XXIe siècle »

« L’Afrique dans la musique cubaine : perspectives et défis au XXIe siècle »

Le Centre d’études et de Recherche Musicales (CERMUS) invite la communauté académique à soumettre des travaux originaux pour envisager leur publication dans l’oeuvre collective intitulée  » África en la música cubana: perspectivas y desafíos en el siglo XXI « . L’initiative de cette publication est motivée par les débats soulevés lors du congrès de la Latin American Studies Association (LASA – Afrique) qui s’est tenu au Ghana en 2023, où il est apparu nécessaire de revisiter, systématiser et actualiser la portée des approches qui ont soutenu les recherches musicologiques, ethnologiques et d’autres domaines des sciences sociales, qui sont aujourd’hui des références dans le champ des études sur l’héritage africain dans la musique cubaine. Les complexités inhérentes au nouveau siècle posent des défis significatifs au domaine académique, qui doit reconsidérer l’influence de la technologie sur la perception et la diffusion de l’africanité, la transformation des objets culturels dans le cadre des nouvelles vagues migratoires et l’application d’approches pédagogiques qui remettent en question les récits coloniaux. Cela se traduit par une atténuation progressive des frontières traditionnelles dans l’expression culturelle, facilitant l’émergence de nouvelles formes de manifestation et de perception de l’africain. La bibliographie en musicologie et ethnologie relative à l’expression de l’héritage africain dans la musique cubaine, ou « manifestations de l’africanité », comme les a caractérisées Fernando Ortiz, comprend de nombreux exemples de travaux ayant apporté des contributions significatives et largement reconnues dans le domaine. L’un d’eux est « Instrumentos de la música folclórico-popular de Cuba, Atlas », produit par le Centro de Investigación y Desarrollo de la Música Cubana (CIDMUC) en 1997, poursuivant le travail commencé par Ortiz avec les cinq volumes de « Los instrumentos de la música afrocubana », publiés entre 1952 et 1955. Une autre oeuvre est « Del canto y el tiempo » d’Argeliers León en 1974. Cependant, un examen rigoureux de ces oeuvres, interprété à travers les conditions socioculturelles prévalentes au XXIe siècle, pourrait révéler des dimensions jusque-là inexplorées. Une analyse de cette nature serait fondamentale pour clarifier les directions émergentes dans lesquelles se développent les manifestations de l’africanité contemporaine. Conformément à ce qui a été exposé, la présente convocation invite les chercheurs à envoyer des textes qui s’inscrivent dans les thématiques suivantes :

– Processus transculturels des musiques d’origine africaine à Cuba.

– L’organologie d’origine africaine dans la musique cubaine. Processus, acteurs et validité.

– Sémiotique, sémantique et iconographie africaines dans la musique cubaine.

– Rites et ritualisations dans les manifestations musicales et dansantes afro-cubaines.

– Africanisation et résistance dans la musique populaire cubaine.

– Stéréotypes et réinterprétations socioculturelles de l’africain à Cuba.

– Africanités et africanismes dans les manifestations et genres de la musique populaire cubaine.

– Discours africanistes dans les musiques de transmission écrite : dialogues et synergies.

– Conscience historique et mécanismes de transmission des cultures musicales d’origine africaine.

– Mémoire vivante : porteurs, acteurs et gestionnaires du patrimoine musical d’origine africaine dans la musique cubaine.

– Études de genre dans les musiques afro-cubaines.

– Analyse et validité de la performance et des gestualités d’origine afro-cubaine dans les musiques populaires.

Concernant l’envoi de propositions :

– Les propositions doivent être envoyées sous forme de résumés étendus de 400 à 600 mots (y compris les références). Il faut indiquer si le texte à envoyer contient des images et préciser leur nombre.

– Les chercheurs doivent envoyer leur(s) nom(s) et prénom(s), leur titre académique ou scientifique, leur affiliation institutionnelle, une brève biographie (de 100 mots) et une adresse e-mail.

– Toutes les propositions et questions supplémentaires doivent être envoyées directement via le site web du CERMUS : https://cermus.fr/call-for-papers ou par e-mail aux coordinateurs projet@cermus.fr avant le 15 mars 2024, 23h59 heure de France.

– La communication des propositions acceptées aura lieu le 15 avril 2024. Une fois les propositions acceptées communiquées :

– Les auteurs doivent envoyer les textes complets d’une longueur de 8 000 à 10 000 mots, y compris les images, tableaux, graphiques et sources consultées.

– Les textes finaux doivent être livrés selon la seizième édition du Manuel de Style de Chicago, en utilisant le système de notes et de bibliographie pour les références. Le manuscrit doit être rédigé en Times New Roman de 12 points avec un interligne de 1,5. Les images, tableaux et graphiques doivent être livrés dans des fichiers séparés, correctement étiquetés et référencés dans le texte, aux formats TIFF ou JPEG de haute qualité. Pour plus de détails sur les directives de style et de référence, veuillez visiter le lien suivant : Guía de Estilo de Chicago.

– Le texte doit être rédigé en espagnol, français ou anglais, ne pas avoir été publié ni avoir d’engagements en ce sens avec une autre maison d’édition et/ou revue ou médias numériques.

– Il est prévu que le volume soit publié en octobre 2024.

DIRECTION ET COORDINATION ÉDITORIALE

Javier Soriano (Conservatoire à Rayonnement Régional de Grand Poitiers / CERMUS)

GESTION ÉDITORIALE

Liettis Ramos (Centro de Investigación y Desarrollo de la Música Cubana, CIDMUC) Amaya Carricaburu (Centro de Investigación y Desarrollo de la Música Cubana, CIDMUC)

COMITÉ SCIENTIFIQUE

María Elena Vinueza (Casa de las Américas / Universidad de La Habana) Liliana González Moreno (Laboratorio de aprendizaje e investigación musical, LAIM) Marie Cousin (Sociéte française d’ethnomusicologie, SFE) Cécile Jalicon (Conservatoire à Rayonnement Régional de Grand Poitiers) Pablo Suárez (Universidad Nacional Autónoma de México, UNAM) Dolores Rodríguez Cordero (Instituto Superior de Arte, Cuba, ISA)

Société française d'ethnomusicologie